Interpellation de Monsieur Yves Bassambi au Collège du Bourgmestre et des Échevins concernant « la sécurisation de la Chaussée de Louvain » au Conseil communal du 15 décembre 2021



La presse de la semaine dernière nous informait de votre interpellation, à la Ministre de la Mobilité, des Travaux publics et de la Sécurité routière, relative à la sécurité des usagers sur la Chaussée de Louvain. En effet, vous pointiez la zone accès limité qui semble ne pas suffire à restreindre la vitesse, l’inclinaison de la chaussée et le peu de lisibilité de l’aménagement de plain-pied. Le confort et la sécurité des usagers faibles ne sont, selon vous, pas assurés. En outre, vous déplorez également le stationnement sauvage à cause de l’aménagement, et ce, malgré le passage de la police. Dès lors, je souhaiterais vous poser les questions suivantes:

– Pourriez-vous nous fournir un aperçu détaillé de la situation et de ces conséquences pratiques sur la sécurité des Tennoodois? Qu’en est-il depuis lors des réactions de la Ministre?

– Quelles sont les solutions envisagées dans ce dossier pour remédier à cette situation?

Je vous remercie d’ avance pour vos réponses.

 

 


Réponse

 

Oui Merci Monsieur le Président, Merci Cher Collègue Bassambi,

C’est un sujet dont nous avons parlé à de nombreuses reprises et ceux qui s’en souviennent au moment de l’élaboration avec la Région du projet de réaménagement de Madou, Chaussée de Louvain, Rue Scailquin, et puis à la demande de la Commune, de l’avenue de l’Astronomie, nous avions fait quelques grands choix.

Les principes ont été approuvés. Parmi ceux-ci, en matière d’ilot, le passage de la voiture par Madou pour retourner sur la droite vers l’avenue de l’Astronomie puis faire le tour par le Boulevard Bischoffsheim. Il y avait aussi une demande de la Commune de voir l’avenue de l’Astronomie être rénovée mais avec l’élargissement de la taille des trottoirs. Il y avait des choix au niveau du sens de circulation du côté de la Chaussée de Louvain et de la Rue Scailquin.

Je dirais que dans l’ensemble le projet qui avait été porté par la Région et la Commune, a répondu à, je dirais beaucoup beaucoup de nos attentes, aujourd’hui, tout le monde reconnaît la qualité de cet aménagement, je dirais même que par exemple, une des inquiétudes que nous avions celle de ne plus voir les voitures passer par Madou et qui était un des grands, je dirais, défis de ce projet finalement, ça marche pas trop mal. Il faut parfois aussi pouvoir dire qu’il y a des avancées qui vont dans un sens, ce n’est pas parfait mais ça marche pas trop mal.
Par contre dans ce projet, ce qui n’avait pas été entendu par la Région, c’était l’aménagement de la zone à accès limité.

Dès le départ, nous avions indiqué un certain nombre de choses, malheureusement la Région n’en a pas tenu compte à ce moment-là et depuis nous n’avons cessé d’interpeller la Région tantôt à la demande des habitants, des commerçants, parfois lors des débats que nous avions eu avec vous.

Je me rappelle de Monsieur Roekens et d’ autres qui ont régulièrement posé des questions. Alors récemment, c’était l’occasion de réunions, je dirais que nous avions eu avec des habitants encore; aussi, une intervention de Monsieur Roekens au Conseil de Police; cette question, elle continue à se vivre et malheureusement, ce que nous ne comprenons pas, c’est l’absence de réactions de la Région or il s’agit d’une voirie régionale. Alors du côté de la Commune et de la Zone de police, nous faisons le maximum maximorum. Un moment donné, il faut aussi un autres type d’aménagement.
Ce que nous avons demandé, en écrivant encore une fois, un dernier courrier, le 8 décembre, et en donnant 1 mois parce que finalement il faut un moment donné mettre la Région devant à ses responsabilités, j’y reviendrai, ce que nous demandons à la Région, c’est de prendre ses responsabilités pour sécuriser la chaussée de Louvain.

Alors les objections formulées par la Commune lors du réaménagement entrepris par la Région sont vérifiées quotidiennement sur le terrain. Nous avions attiré l’attention à la région à ce moment-là.

Les constats qui sont effectués, Monsieur Bassambi, sont clairs. La zone à accès limité ne suffit pas à restreindre la vitesse, l’inclinaison de la chaussée ainsi que le peu de lisibilité de l’aménagement de plein pied contreviennent aux objectifs d’assurer le confort mais surtout la sécurité des usagers faibles.

C’est catastrophique, il suffit de remonter la rue ou de descendre la rue, vous avez tout le temps la peur que quelqu’un vous passe sur le corps. Le stationnement sauvage est également légion en raison de l’aménagement et ce malgré le passage de la Police.

Nous avions soulevé ces problèmes, comme je le disais avant même le début des travaux et la Région n’en avait pas tenu compte.

Dans ce contexte, nous demandons donc à la Région de prendre ses responsabilités pour sécuriser la Chaussée de Louvain. Nous attendons une réaction rapide sans quoi nous nous réservons le droit d’agir pour la sécurité des usagers, en gros, comme ça les choses sont claires. Dans le courrier que j’ai adressé, en accord avec la zone de Police, nous réexprimons dès lors la demande d’une intervention de la Région endéans le mois, c’est signé le 8 décembre pour apporter des solutions aux problèmes relevés à la chaussée de Louvain sans quoi la Commune se réservera le droit d’installer d’initiatives des potelets en attendant avec les potelets, nous pourrions déjà à ce moment sécuriser et après évidemment cela n’exclut pas la possibilité évidemment d’avoir un Dialogue avec la Région.

J’ai vu comme vous timidement dans la presse que la région avait entendu le message de la Commune mais nous attendons de la part de la Région des pas qui vont dans la bonne direction mais pas simplement, je dirais, qu’on nous comprend, on voudrait vraiment qu’il y ait une prise en compte de cette réalité dans ce quartier pour les citoyens les plus faibles mais tous les citoyens de manière générale. Monsieur le Président.