Saint-Josse s’engage contre les violences faites aux femmes et pour la reconnaissance du féminicide (2022)



Ban Ki-moon, Ancien Secrétaire général de l’ONU déclarait: « Il existe une vérité universelle, applicable à tous les pays, cultures et communautés: la violence à l’égard des femmes n’est jamais acceptable, jamais excusable, jamais tolérable ».

Pour rappel, le 13 novembre 2019, le Conseil communal de Saint-Josse a adopté à l’unanimité la MOTION déposée par la Liste du Bourgmestre intitulée SAINT-JOSSE S’ENGAGE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ET POUR LA RECONNAISSANCE DU FÉMINICIDE.

En effet, le Féminicide est défini comme le: « meurtre d’une ou plusieurs femmes ou filles en raison de leur condition féminine, c’est-à-dire en raison de leur identité de genre ». Le terme a été utilisé pour la première fois en 1976, à Bruxelles, par le Tribunal international des crimes contre les femmes, un rassemblement de femmes et/ou de féministes (dont Simone de Beauvoir, auteur du discours d’ouverture) engagées contre les violences sexistes.

Actuellement les données liées aux violences demeurent incomplètes suite à l’absence de statistiques officielles. Plus précisément, le blog StopFéminicide qui répertorie le nombre de victimes de féminicides, en Belgique, comptabilisait au moins 20 victimes pour l’année en cours, 22 sur toute l’année 2021, 27 sur toute l’année 2020, 24 sur toute l’année 2019, 39 sur toute l’année 2018 et 43 en 2017.

C’est pourquoi, dans le cadre de cette motion, une demande parmi d’autres a été adressée au Collège du Bourgmestre et des Échevins en vue « de renforcer la mise en réseau des professionnel.le.s, de mutualiser les moyens et les bonnes pratiques en vue d’apporter une meilleure réponse aux situations, améliorer la prévention et le repérage des situations de violence, mieux articuler le circuit de prise en charge ».

Toutefois, il est important de souligner que Saint-Josse a célébré le 5 novembre dernier, les 12 ans de la plateforme communale de lutte contre les violences entre partenaires et familiales qui à travers son réseau associatif effectue un travail remarquable dans l’écoute et l’accompagnement des victimes, la formation et la mise en réseau des professionnels, et dont les membres signataires sont la Commune et CPAS de Saint-Josse-ten-Noode, les SAPV (Services d’Assistance Policière aux Victimes de la Zone de Police Schaerbeek/Saint-Josse/Evere, Commissariats 4 et 5), l’asbl: « La Voix des Femmes », « Le GAMS » (Groupe pour l’Abolition des Mutilations sexuelles), « La Famille heureuse », « La Maison de santé Atlas », « La Maison rue Verte », « Maison de la Famille », « Le Winnie Kot », « Turkish Lady », l’asbl « Praxis Bruxelles » et « La Mission locale de Saint-Josse ».

Parmi les initiatives non exhaustives menées:

  • Actions de sensibilisation autour du 25/11
  • Brochure « Non aux violences des services peuvent vous aider »
  • Lutte contre le Harcèlement de rues
  • Pièces de théâtre « Je l’aime, un peu, beaucoup… » et « Brut(es) de Décoffrage! ».

Malheureusement, l’actualité de ces dernières semaines dans notre pays nous rappelle que la lutte contre la violence faite aux femmes est un combat de chaque instant nécessitant une vigilance accrue de la société et des pouvoirs publics, en particulier.

En cette journée symbolique, c’est ensemble que nous pouvons agir pour modifier les mentalités, briser le silence qui entoure ces violences, offrir un accompagnement spécifique et rendre notre société plus égalitaire.

Sint-Josse toegestaan tegen geweld tegen vrouwen en voor de erkenning van feminicide

Ban Ki-moon, voormalig secretaris-generaal van de VN, zei: « Er is een universele waarheid die voor alle landen, culturen en gemeenschappen geldt: geweld tegen vrouwen is nooit aanvaardbaar, nooit verschoonbaar, nooit tolereerbaar ».

Ter herinnering, op 13 november 2019 heeft de gemeenteraad van Sint-Joost unaniem de MOTIE aangenomen die is ingediend door de Burgemeesterslijst met als titel SINT-JOSSE TOEGESTAAN TEGEN GEWELD TEGEN VROUWEN EN VOOR DE ERKENNING VAN FEMINICIDE.

Feminicide wordt namelijk gedefinieerd als: « de moord op een of meer vrouwen of meisjes vanwege hun vrouwelijkheid, d.w.z. vanwege hun genderidentiteit ». De term werd voor het eerst gebruikt in 1976 in Brussel door het Internationaal Tribunaal voor Misdaden tegen Vrouwen, een bijeenkomst van vrouwen en/of feministen (waaronder Simone de Beauvoir, schrijfster van de openingstoespraak) die zich inzetten voor de bestrijding van gender-gerelateerd geweld.

Momenteel blijven de gegevens over geweld onvolledig bij gebrek aan officiële statistieken. De blog StopFeminicide, die het aantal slachtoffers van vrouwenmoorden in België bijhoudt, telt minstens 20 slachtoffers voor het lopende jaar, 22 voor heel 2021, 27 voor heel 2020, 24 voor heel 2019, 39 voor heel 2018 en 43 in 2017.

Daarom werd in het kader van deze motie onder meer een verzoek gericht aan het College van Burgemeester en Schepenen met het oog op « de versterking van het netwerk van beroepsbeoefenaars, de bundeling van middelen en goede praktijken om beter te kunnen reageren op situaties, de verbetering van de preventie en de opsporing van geweldssituaties, het beter articuleren van het zorgcircuit ».

Er is echter op gewezen dat Sint-Joost op 5 november het twaalfjarig bestaan heeft gevierd van het gemeentelijk platform voor de bestrijding van geweld tussen partners en gezinnen, dat via zijn netwerk van verenigingen opmerkelijk werk verricht door te luisteren naar en steun te verlenen aan slachtoffers, De ondertekenende leden zijn de gemeente en het OCMW van Sint-Joost-ten-Node, de SAPV (Diensten voor Politionele Bijstand aan Slachtoffers van de Politiezone Schaarbeek/Zint-Joost/Evere, commissariaten 4 en 5), de vzw : « La Voix des Femmes », « Le GAMS » (Groep voor de afschaffing van seksuele verminking), « la Famille heureuse », « La Maison de santé Atlas », « La Maison rue Verte », « Maison de la Famille », « Le Winnie Kot », « Turkish Lady », de vzw « Praxis Bruxelles » en « La Mission locale de Saint-Josse ».

Hieronder enkele initiatieven die zijn uitgevoerd:

    • Bewustmakingsacties rond 25/11
    • Brochure « Nee tegen geweld, diensten kunnen u helpen
    • Strijd tegen straatintimidatie
    • Speelt « Je l’aime, un peu, beaucoup… » en « Brut(es) de Décoffrage!

Helaas herinnert het nieuws van de laatste weken in ons land ons eraan dat de strijd tegen geweld tegen vrouwen een voortdurende strijd is die meer waakzaamheid vergt van de samenleving en van de overheid in het bijzonder.

Op deze symbolische dag kunnen wij samen in actie komen om de mentaliteit te veranderen, de stilte rond dit geweld te doorbreken, concrete steun te bieden en onze samenleving gelijkwaardiger te maken.

Cliquez ci-dessous pour les liens / Klik hieronder voor links,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *