Interpellation de Monsieur Yves Bassambi au Collège du Bourgmestre et des Echevins concernant « la lutte contre la précarité des étudiants à Saint-Josse » au Conseil communal du 10 février 2021

Interpellation de Monsieur Yves Bassambi au Collège du Bourgmestre et des Echevins concernant « la lutte contre la précarité des étudiants à Saint-Josse » au Conseil communal du 10 février 2021

Merci Monsieur le Président,

Privés de cours en présentiel et d’interactions sociales depuis des mois, les étudiants sont durement affectés par la pandémie de Covid-19 et beaucoup accusent le coup.

En effet, confinés en famille ou isolés dans leur kot, les étudiants sont de plus en plus nombreux à être confrontés à de grosses difficultés financières, pédagogiques et psychologiques accentuant ainsi les inégalités entre eux dans l’enseignement supérieur.

Cette réalité se traduit par ces différents constats : moins de jobs pour payer ses études, son kot, sa nourriture…, des stages suspendus voire impossibles à trouver.

Il est triste de constater que la précarité de la jeunesse estudiantine existait auparavant, mais on ne la voyait pas et aujourd’hui, elle explose et nous semblons tous la découvrir.

Dès lors, je souhaiterais vous poser les questions suivantes:

– Quelles sont les initiatives prises par la Commune de Saint-Josse en collaboration avec son CPAS pour lutter contre la précarité des étudiants qui représentent l’avenir de notre pays?

– Des campagnes d’information auprès de la population tennoodoise ont-elles été mises en place? Si oui, lesquelles? Si non, pourquoi pas?

Je vous remercie d’ avance pour vos réponses.

 


REPONSES

Monsieur le Président Merci,

Je voulais d’abord remercier, Yves Bassambi, pour cette question qui est importante par rapport aux Jeunes, aux Jeunes Etudiants.

Et dire évidemment que tous les volets qui concernent le CPAS doivent être traités au Conseil de l’aide sociale tout comme toutes les questions liées à la Police doivent être traitées à la Police.

Ceci étant, comme il s’agit d’une question qui est à cheval entre la Commune et le CPAS , je vais y apporter quelques éléments d’éclairage.

Tout d’abord, les autorités communales de Saint-Josse avec le CPAS, ont été attentifs à l’évolution de la crise sanitaire dans notre pays et des besoins qu’ elle suscite en matière sociale et c’est dans ce cadre là que nous avons mis ensemble un plan d’urgence sociale et de lutte contre l’isolement avec toute une série de mesures pour accompagner les publics fragilisés.

Le CPAS mène toutes les actions que vous connaissez et je n’y reviendrais pas et c’est au CPAS , évidemment, d’expliquer au Conseil mais ces aides ne sont pas limitées aux seuls bénéficiaires du droit à l’intégration mais s’adressent à toute personne qui subit les répercussions de la crise de la COVID-19.

Par exemple : certains travailleurs qui ont perdu une partie de leur revenu ou doivent faire face à des dépenses supplémentaires, les travailleurs issus de l’économie collaborative, les travailleurs occupés à temps partiel, les étudiants jobistes,..

Je le répète ici parce que c’est vraiment d’intérêt général, ce n’est pas que les personnes qui sont dans la précarité qui peuvent s’adresser au CPAS. C’est important de le rappeler que dans le cadre du plan d’urgence sociale, tout cela a été prévu.

Indépendants, les personnes avec un handicap, les travailleurs des secteurs culturels et événementiels, …Ces aides seront octroyées aux personnes en état de besoin après analyse, évidemment individuelle.

Alors afin de répondre à la question d’Yves Bassambi, un aperçu du soutien aux étudiants qui bénéficient des aides et qui n’habitent pas sur Saint-Josse, qui ne sont pas au Registre de la Population car c’était une des questions qui était au cœur de notre préoccupation.

Est-ce qu’à Saint-Josse, on intervient aussi pour quelqu’un qui n’est pas au Registre de la Population?

En effet, un article 2, §6, de la loi de 1965 relative à la prise en charge des secours accordés par les centres publics d’aide sociale le permet. Cela veut dire très clairement qu’à l’initiative de notre CPAS ,des aides sont aussi permises pour ceux qui font des études qui ne sont pas au Registre de la Population. Voilà.

Citez peut-être, quelques chiffres, Monsieur le Président, Chers collègues, le CPAS de Saint-Josse pour les étudiants:

– c’est 400 euros pour l’achat de matériel informatique

– 23 euros mensuels pour l’abonnement internet

– le financement des cours de soutien et de remédiation nécessaires suite aux évaluations du Projet individualisé d’intégration sociale

– le financement du soutien psychologiqueµ

– les chèques alimentaires.

Enfin pou les étudiants jobistes ayant perdu leurs emplois, il y a une aide financière qui est aussi prévue par le CPAS.

A côté de cela avec notamment Loubna Jabakh, Philippe Boikété, Lydia, nous avons aussi prévu des espaces d’études pour les étudiants pendant les blocus que çà soit dans les bibliothèques, que çà soit dans les espaces de la Prévention, l’idée est à chaque fois de pouvoir répondre à chaque situation parce qu’aujourd’hui à côté, évidemment, des Indépendants, des Commerçants, une catégorie sociale qui est durement frappée par la crise Covid, ce sont les étudiants.

Voilà les éléments de réponse, Monsieur le Président que je pouvais porter à l’Interpellation de Monsieur Bassambi.

Bidwaya

ARTICLES SEMBLABLES

Lire aussi x