Interpellation de Monsieur Yves Bassambi au Collège du Bourgmestre et des Échevins concernant « la facture énergétique à Saint-Josse » au Conseil communal du 19 octobre 2022



« Le plus dur, nous y sommes ». En pleine crise énergétique, « il va falloir faire des choix courageux », a dit le ministre de l’Economie en France Bruno Le Maire.

Un million d’euros en plus! C’est ce que devra payer, selon un récent article de presse, la commune de Schaerbeek pour sa facture d’électricité et de gaz en 2023.

En effet, la hausse des prix sur le marché impacte également les communes comme le confirme cet avertissement de Sibelga dont le nouveau contrat à prix fixe négocié à l’époque pour les 19 communes subira une augmentation en 2023 avec des conséquences sur l’utilisation de l’électricité et du gaz pour le personnel.

En outre d’autres problèmes budgétaires risquent également de pointer à l’horizon ce qui nécessiterait de faire appel à la Région bruxelloise et au ministre des Pouvoirs locaux pour une augmentation de la dotation aux communes.

Dès lors, je voudrais vous poser les questions suivantes:

  • Quelle est la situation de la Commune de Saint-Josse pour sa facture d’électricité et de gaz actuelle et en 2023?
  • Pourriez-vous nous donner un aperçu détaillé des mesures envisagées par la Commune pour faire face éventuellement à cette situation?

Je vous remercie d’avance pour vos réponses.


Réponse

Je voudrais d’abord remercier Monsieur Bassambi. Il a été particulièrement attentif à notre actualité. Le monde traverse une période difficile; la Belgique singulièrement avec une augmentation du prix de l’énergie, avec une inflation aussi aujourd’hui qui est à plus de 12%. Alors au niveau de la Commune, nous avons réceptionné un courrier de Sibelga qui nous indique que la facture qui était de 1 million et demi allait être augmenté à 3 millions d’euros en 2022.

Alors que nous avions un taux fixe au niveau de notre contrat, ils nous ont expliqué que les dispositions du contrat leur permettaient de faire des sondes(?) et qu’ à partir de l’approvisionnement de l’énergie, nous allions devoir payer 3 millions d’euros.

Alors quand vous êtes à ma place, avec tous mes collègues, quand vous savez que vous devez faire 4 indexations de salaires en 2023, que vous devez aussi payer le deuxième pilier des pensions, payer la valorisation des salaires les plus bas, et aussi payer l’inflation puisque tout augmente.

Quand on est à 12,5, on est à 12,5 mais on ne sera pas à 12,5 en 2023, on sera plus haut puisque les chiffres de l’inflation sont en constante augmentation. Alors, on est devant la quadrature du cercle. Nous avons décidé d’abord au mois de septembre d’approuver toute une série de comportements et de gestes; diminuer la température, fermer l’électricité, essayer vraiment d’économiser l’énergie mais ces mesures en regard de l’annonce faite par Sibelga étaient évidemment beaucoup trop minimes. On avait le choix, de faire comme dans d’autres communes, il y a 2 communes qui font des plans actuellement de licenciement de leur personnel ou encore comme dans d’autres communes d’augmenter la pression sur les habitants avec la pression fiscale(?); nous avons préféré déjà en 2022 d’augmenter les taxes sur les bureaux.

Je prends ici à témoin tout le monde, qui pourrait être contre l’augmentation des taxes sur les bureaux? Est-ce que dans une période difficile comme aujourd’hui, ce sont toujours les plus faibles qui doivent payer. Est-ce que c’est pas le moment de faire payer ceux qui ont plus? Qui ont du gras?

Je pense que c’est le moment et nous avons bien fait; c’est pratiquement 1 million 900.000 euros d’augmentation que nous avons sur les bureaux et aussi quelques taxes sur les domaines publics pour ceux qui font des grands travaux dans les Tours, on est là aussi autour de 350, 400.000 euros mais ça ne suffira pas, chers collègues, puisque les augmentations au niveau de l’indexation du 2ième pilier, de la valorisation des bas salaires et de la facture énergétique nous met en difficulté.

Donc, il fallait prendre des mesures drastiques. L’administration a beaucoup travaillé, et elle nous a fait une proposition, celle de fermer les bâtiments communaux, le vendredi, les deux grands bâtiments avec une économie de 20%. On ferme le jeudi soir, gaz-élec, jusqu’au lundi matin. C’est du cash, hein, et on reste ouvert du lundi au jeudi parce qu’on est l’une des rares communes à être ouverte sans rendez-vous donc on a rattrapé le retard; on continuera à servir les gens mais le vendredi, on le fera par téléphone et par mail. Et on incite évidemment les habitants à faire des réunions; euh les travailleurs à faire des réunions en visioconférence, d’éviter d’utiliser les salles autant que possible pourquoi parce que nous devons traverser l’hiver en faisant un maximum d’économie.

C’est vrai qu’il y a eu dans le chef des organisations syndicales quelques questions. Il faut savoir que les Organisations syndicales sont déjà un peu échaudées par le fait qu’on considère que le Gsm et le Computer sont des avantages pros(?) donc ils doivent payer un montant. Et nous avons rencontré, c’était la semaine passée, lors du Comité avec les Syndicats, toutes les organisations syndicales et nous nous sommes assez bien entendus. Ils ont une demande de revalorisation du défraiement pour ceux qui font du télétravail donc le vendredi, le personnel qui peut le faire fait du télétravail et pour le reste, on est arrivé à un accord.

Ils ont très bien compris que l’objectif que nous avions, c’est de ne pas licencier, de ne pas prendre de nouveaux impôts sur la population, donc on essaie de faire un maximum d’économie et nous nous en ferons probablement encore d’autres, nous aurons un deuxième train d’économies à faire. Il faut juste regarder autour de soi, la France et l’Allemagne ont fermé leurs piscines; ils ont fermé d’autres infrastructures à caractère récréatif. Nous attendrons d’avoir des discussions encore à la Conférence des Bourgmestres avec la Région mais je n’exclus pas que pour faire des économies, pendant l’hiver, on devra prendre d’autres mesures.

Vous savez, on peut peut-être fonctionner, ne pas toucher à l’essentiel, continuer à fonctionner, et une fois, que le Printemps arrive, tout ouvrir mais un moment donné quand on est à des moments comme ceux-ci, des moments difficiles, on fait comme nos habitants et on devient des exemples pour eux ou eux deviennent des exemples pour nous.

Que font-ils actuellement? Certains ferment le gaz, passent au bois de compost(?), passent au mazout, d’autres diminuent fortement le gaz. On va faire pareil. On doit faire des économies si nous ne voulons pas prendre d’autres mesures.

Voilà, Monsieur Bassambi.