Interpellation de Monsieur Yves Bassambi au Collège du Bourgmestre et des Échevins concernant « la 3e dose de vaccin à Saint-Josse »



La presse, récemment, nous informait dans un communiqué de la Commission communautaire commune (Cocom) que les Bruxellois de 65 ans et plus ont pu, dès le lundi 4 octobre dernier, se présenter dans un point de vaccination pour recevoir leur dose de rappel de vaccin contre la ou le Covid-19.

En effet, à partir du lundi 11 octobre, c’est-à-dire avant-hier, 128.000 Bruxellois complètement vaccinés ont dû recevoir une invitation à se faire vacciner notamment les personnes de 85 ans et plus et par la suite les tranches d’âge plus jeunes.

De plus, le Communiqué de la Cocom précise qu’outre les 4 centres de vaccination de Forest, Molenbeek, Pachéco et Woluwe-Saint-Pierre, les Bruxellois pourront également se rendre dans un Vacci-Bus, une antenne locale de vaccination, chez leur médecin, dans certaines maisons médicales et dans certains hôpitaux s’ils participent à la vaccination.

Dès lors, je souhaiterais vous poser les questions suivantes:

– Qu’en est-il de la situation à Saint-Josse? Auriez-vous des précisions à nous apporter à ce sujet?

– De quelle manière et selon quelles modalités, procédez-vous pour cette troisième dose? Quel type de vaccin est proposé à la population tennoodoise?

Je vous remercie d’ avance pour vos réponses.

 

Réponse

 

 

Monsieur le Président, je voudrais d’abord remercier Monsieur Bassambi pour sa constance sur ces questions, sur la préservation de la santé au travers des différents dispositifs sanitaires.

La 3ième dose de vaccin à Saint-Josse, elle est pleinement lancée. On a évidemment été hyper réactif suite à l’annonce qui a été faite et très vite, nous avons discuté avec la Région bruxelloise avec la Cocom. Nous avons obtenu notamment que l’on puisse vacciner les personnes qui sont malades, qu’on appelle maladroitement qu’on trouve dans l’opinion publique, les immunodépressifs. Je trouve çà un peu particulier parce qu’au moment où il faut rallier les gens donc appeler les personnes qui ont plusieurs maladies ainsi, on aurait pu les appeler les personnes qui ont des problèmes d’immunités sérieuses. Ces personnes-là reçoivent un courrier de la Cocom pour la 3ième dose. Nous avons négocié avec la Cocom, çà n’a pas été toujours simple mais on a obtenu qu’ils puissent se faire vacciner au Bus. Ce qui fait que les gens viennent vers les Bus donc les erreurs qu’on a eues au mois d’avril de ne pas trouver le centre de vaccination. On ne l’a plus maintenant. Les gens ont leurs courriers de 3ième dose, viennent chez nous et se font vacciner dans le bus à la Place Houwaert et tantôt à la Place saint-Josse.

Deux. Dans la foulée, le gouvernement a décidé d’ouvrir la voie à la 3ième dose pour les personnes de plus de 65 ans. Là aussi, nous avons tout de suite embrayé et les personnes-là viennent régulièrement. Alors évidemment que nous pouvons compter sur la maison de repos pour faire le travail à son endroit, ils ont un contact privilégié depuis le début de la crise avec la Cocom. Nous faisons aussi le travail avec la maison de la famille qui accompagne avec véhicules ou à pieds les personnes qui sont tantôt 3ième dose parce que malades ou 3ième dose parce que plus de 65 ans. Et çà marche.

Je voudrai aussi ajouter un élément. Nous ne sommes pas étrangers au fait qu’il y a des binationaux et nous avons quand même sur le territoire plusieurs habitants qui ont fait leurs vaccins dans le pays d’origine qui avait commencé la vaccination avant la Belgique. Et là on se retrouve Monsieur le Président, Cher Conseiller et chers membres avec 2 types de situation: on se retrouve parfois avec des gens qui ont fait des vaccins non reconnus par la Belgique ou des vaccins qui supposent reconnus par la Belgique. Et je voudrais si vous le permettez donner une information qui peut être relayée par les Conseillers auprès de leurs proches. Ce qui ont fait les vaccins par exemple brésiliens ou sinovac chinois, ceux-là, leurs vaccins ne sont pas reconnus par l’autorité, par l’Union européenne, la Belgique et donc doivent refaire des vaccins. Le protocole permet de faire des vaccins tout de suite, immédiatement.

Par contre ceux qui ont fait des vaccins reconnus par l’Union européenne et je vais les rappeler: le Pfizer, c’est AstraZeneca, Moderna et Johnson & Johnson. Ceux-là sont reconnus. S’ils ont fait les 2 vaccins, avec le service communal, nous faisons nous-mêmes les enregistrements sur le site de la Région. Et nous leur mettons de pouvoir disposer du Covid Safe ticket, du certificat de vaccination.

S’ils ont fait un vaccin, nous faisons alors le nécessaire pour enregistrer ce vaccin et de faire le deuxième vaccin si le temps s’est écoulé entre la première et deuxième dose, il faut au moins 21 jours. Et enfin ceux qui ont fait 2 vaccins à l’étranger et qui doivent faire une troisième dose parce qu’ils sont dans des catégories qui ont des maladies sérieuses ou plus de 65 ans, nous le faisons aussi et je voudrais aussi dire que la Région permet de passer de l’AstraZeneca à du Pfizer.

Quand à votre question sur, je dirai, les taux à Saint-Josse, mais il s’améliore de jour en jour grâce évidemment à cette occupation de terrain que nous avons maintenant depuis plus de 6 semaines. L’entente et la collaboration avec la Cocom est vraiment fondamentale. Elle se passe au mieux. Nous essayons à chaque fois de construire là où d’autres font des constats, des diagnostics d’échecs,.. Nous, c’est tout le temps qu’on vaccine malgré le temps qui était mi-figue, mi-raisin, aujourd’hui, nous avons vacciné 141 fois. Hier, nous avons vacciné 138 fois.

Nous continuons à faire un taux de vaccination malgré le temps qui quand même significatif et c’est çà qui permet évidemment d’augmenter le pourcentage. Sur les 5 ou 6 dernières semaines, je ne pense pas que je vais m’engager trop loin, mais je crois que nous sommes la commune qui vaccinons le plus en pourcentage de la région bruxelloise grâce à ce dispositif Cocom, Commune qui travaillent la main dans la main.

Enfin sur la nature du vaccin, c’est le Pfizer. Depuis le mois d’avril, nous avons eu de cesse d’être constant et je pense ne pas m’être trompé car on a été les porte paroles des habitants et quand vous voyez , aujourd’hui, les études de Sciensano, donc le Ministère de la Santé, c’est un vaccin qui permet de développer jusque 80% d’anticorps comme le Moderna qui est au-dessus de l’AstraZeneca et du Johnson & Johnson qui arrive à du 60%.

Et, je voudrais aussi, Monsieur Bassambi, qu’on le passe ce message à tout venant ceux qui doivent faire la troisième dose.

La question, c’est: Est-ce qu’on va se faire vacciner tout le temps? Ce n’est pas une question de se faire piquer tout le temps, c’est une question d’anticorps. Et donc quand on a des maladies immunitaires ou quand on a dépassé un certain âge, après un certain temps, on a beaucoup moins d’anticorps ou on a plus du tout. Donc, c’est une piqûre de rappel qui nous permet de redéployer les anticorps pour défendre notre métabolisme face aux autres soldats que sont les soldats du virus.

Donc, c’est important d’expliquer pourquoi on fait une troisième dose. Et je voudrais dire à Monsieur le Président, Monsieur le Président, nous aussi, bientôt, nous serons invités à faire notre troisième dose. Je pense qu’il s’agit d’un court terme. Ce n’est pas l’année prochaine, à mon avis, nous allons arriver , aussi, vers ses eaux. Nous allons aussi être invités à faire une troisième dose très bientôt.