31 juillet 2022: Journée internationale de la femme africaine



Chers amis,
Le 31 juillet a été consacré par les Nations Unies comme étant la « Journée Internationale de la femme africaine ».
Ainsi, il était important à mes yeux de vous présenter le point de vue de celle qui, à travers son association Bakushinta asbl, rend hommage, chaque 11 novembre aux Anciens combattants de la Force Publique et volontaires congolais ayant combattu pour la Belgique durant la première et la seconde guerre mondiale.

Madame Georgine Dibua,
Que représente pour vous, la Journée internationale de la Femme africaine, ce 31 juillet?

C’est une journée, pour moi, c’est une journée très importante parce qu’il faut savoir que les femmes africaines se réunissaient à cette date pour créer le comité des femmes africaines. Et elles se réunissaient ainsi, au-delà de toutes les tendances, au-delà de toutes les langues qu’elles pouvaient parler et à Dar es Salam, elles créaient un mouvement précurseur.
Précurseur parce qu’il ne faut pas oublier que ce n’est qu’en 1964 que l’Union, euh, l’Organisation de l’Union africaine, va être créée donc ces femmes déjà en se réunissant, elles montraient ce qu’elles valaient, ce qu’elles étaient.
En plus, il faut tenir compte que ce n’était déjà pas la première fois puisque les femmes de l’Afrique de l’ouest s’étaient déjà, elles réunies, en 1960, en août 1960 donc au lendemain même des indépendances de 1960 pour discuter autour d’un Congrès, euh, d’ailleurs qui s’intitulait la Femme africaine trace son avenir donc elles allaient, discutaient de la place, du positionnement qu’elles allaient occuper dans cette Afrique qui sortait de l’époque coloniale et en le faisant, elles montraient aussi que c’est vraiment, euh, à la femme aussi de participer puisque la colonisation les avait fait régresser et qu’elles devaient reprendre le positionnement qu’elles avaient eu avant l’époque coloniale où la femme occupait des postes où on a eu des guerrières qui ont combattu la colonisation où il a existé des femmes Reines dans plusieurs, euh, dans plusieurs pays, bon il n’y avait pas, c’était des peuples, mais oui, mais il y avait des frontières, chaque peuple, un empire avait quand même sa frontière donc elles ont occupé des postes.
Ce poste, elles le reprenaient, elles s’étaient déjà mises en positionnement et il est important que cela soit célébré et que cela soit dit parce qu’aujourd’hui, les femmes, parfois, ont tendance à oublier le rôle, la place, qu’elles ont, qu’elles peuvent occuper ou qu’elles sont appelées à occuper.

Merci pour votre réponse . Vous avez parlé de rôle de précurseuses, de guerrières, de femmes qui se réapproprient le pouvoir qu’elles ont toujours eu. La question que je me pose: quel bilan, aujourd’hui, tirez-vous de la situation des femmes africaines en Belgique?

Le bilan, je peux dire qu’il est quand même positif. Lorsqu’on regarde, euh, au niveau politique, on trouve des femmes africaines dans les partis politiques, on trouve des femmes africaines qui occupent des postes politiques, la dernière en lice, c’est la nouvelle Ministre des Affaires étrangères qui vient d’être nommée, elle vient d’Algérie.
On dit que lorsqu’elles se sont retrouvées, on n’avait pas fait de distinction entre l’Afrique du nord et le reste de l’Afrique, c’était l’Afrique, on avait des Algériens, des Egyptiennes, des Tanzaniennes et ainsi de suite donc la Femme africaine en Belgique, oui, elle a eu un moment où il a fallu s’intégrer mais euh, c’est une battante parce qu’elle est née battante, elle est née battante, et elle arrive à s’adapter au pays où elle vit et mène les combats pour toujours se trouver un positionnement.
Elle a effectué aussi énormément de choses parce qu’il n’y a pas que la politique, au sein des associations d’ailleurs, elles sont répertoriées pour être avant-gardistes dans le domaine associatif par rapport, euh, par rapport aux hommes puisque j’ai eu à discuter avec beaucoup de personnes, le constat est que les femmes africaines occupent ou créent beaucoup d’associations, les associations dans les différents domaines qui peuvent exister ici en Belgique mais elles sont là, elles défendent les causes de leur pays, les causes des enfants, aussi parce que la femme africaine, il faut aussi savoir, elle encadre énormément ses enfants et elle est un des moteurs de la réussite des projets de leur progéniture surtout ici où les choses sont quand même assez compliquées parfois.

Madame Georgine, un grand Merci pour cette belle interview.
Moi, je la terminerai par cette citation de la présidente du Libéra, qui fut la première Femme africaine à être élue au suffrage universel en 2005 et qui fut aussi Co récipiendaire du prix Nobel de la paix 2011, Ellen Johnson Sirleaf[1] qui disait « La taille de vos rêves doit dépasser la capacité de les réaliser. Si vos rêves ne vous font pas peur, c’est qu’en réalité, ils ne sont pas grands.

Beste vrienden,
31 juli is door de Verenigde Naties uitgeroepen tot de « Internationale Dag van de Afrikaanse Vrouw ».
Het was dus belangrijk voor mij om u het standpunt voor te stellen van de vrouw die, via haar vereniging Bakushinta asbl, elke 11 november hulde brengt aan de veteranen van de Congolese Public Force en vrijwilligers die tijdens de Eerste en Tweede Wereldoorlog voor België hebben gevochten.

Mevrouw Georgine Dibua,
Wat betekent de Internationale Afrikaanse Vrouwendag op 31 juli voor u?

Het is een zeer belangrijke dag voor mij, omdat het belangrijk is te weten dat Afrikaanse vrouwen op deze datum bijeenkwamen om de African Women’s Committee op te richten. En zij ontmoetten elkaar op deze manier, voorbij alle tendensen, voorbij alle talen die zij konden spreken, en in Dar es Salaam creëerden zij een voorlopersbeweging.
Voorlopig, want we mogen niet vergeten dat de Unie, eh, de Organisatie van de Afrikaanse Unie, pas in 1964 werd opgericht, zodat deze vrouwen, door samen te komen, al lieten zien wat ze waard waren, wat ze waren.
Bovendien moet er rekening mee worden gehouden dat dit niet de eerste keer was, aangezien de vrouwen van West-Afrika reeds in 1960, in augustus 1960, vlak na de onafhankelijkheid in 1960, bijeen waren gekomen om te discussiëren rond een Congres, dat overigens de titel droeg: De Afrikaanse vrouw spoort haar toekomst, door dit te doen, toonden zij ook aan dat het werkelijk, um, aan de vrouwen was om deel te nemen aangezien de kolonisatie hen achteruit had doen gaan en dat zij de positie moesten terugnemen die zij hadden gehad vóór het koloniale tijdperk waar vrouwen posities innamen waar wij vrouwelijke krijgers hadden die tegen de kolonisatie vochten waar er vrouwelijke koninginnen waren in verscheidene, um, in verscheidene landen, wel er waren geen, zij waren volkeren, maar ja, maar er waren grenzen, elk volk, een imperium had nog zijn grens, dus namen zij posities in.
Het is belangrijk dat dit gevierd en gezegd wordt, omdat vrouwen vandaag de dag soms geneigd zijn de rol, de plaats te vergeten die zij hebben, die zij kunnen innemen of die zij geroepen zijn in te nemen.

Dank u voor uw antwoord. U sprak over de rol van voorlopers, van strijders, van vrouwen die de macht opeisen die ze altijd hebben gehad. De vraag die ik mij stel is: hoe beoordeelt u vandaag de situatie van de Afrikaanse vrouwen in België?

Ik kan zeggen dat de beoordeling positief is. Wanneer we kijken naar het politieke niveau, zien we Afrikaanse vrouwen in de politieke partijen, Afrikaanse vrouwen in politieke posities, met als meest recente voorbeeld de nieuwe minister van Buitenlandse Zaken die zojuist is benoemd, zij komt uit Algerije.
Er wordt gezegd dat toen zij elkaar ontmoetten, er geen onderscheid werd gemaakt tussen Noord-Afrika en de rest van Afrika, het was Afrika, er waren Algerijnen, Egyptenaren, Tanzanianen enzovoort, Ja, zij heeft een moment gehad waarop zij moest inburgeren, maar zij is een vechter omdat zij geboren is als vechter, en zij slaagt erin zich aan te passen aan het land waar zij woont en vecht om altijd een plaats te vinden.
Zij heeft ook veel gedaan, want het is niet alleen politiek, binnen verenigingen staan zij bekend als avant-garde op associatief gebied in vergelijking met, eh, in vergelijking met mannen, want ik heb met veel mensen gesproken, de constatering is dat Afrikaanse vrouwen veel verenigingen bezetten of oprichten, verenigingen op de verschillende gebieden die hier in België kunnen bestaan, maar zij zijn er, zij verdedigen de zaak van hun land, de zaak van de kinderen, ook omdat de Afrikaanse vrouw, het is ook noodzakelijk te weten, zij haar kinderen enorm begeleidt en zij is een van de drijvende krachten achter het succes van de projecten van hun nakomelingen, vooral hier waar de zaken soms nogal ingewikkeld liggen.

Mevrouw Georgine, hartelijk dank voor dit mooie interview.
Ik sluit af met dit citaat van Ellen Johnson Sirleaf, de president van Liberia, die in 2005 als eerste Afrikaanse vrouw door middel van algemene verkiezingen werd verkozen en die in 2011 ook de Nobelprijs voor de vrede heeft gewonnen: « De omvang van je dromen moet groter zijn dan je vermogen om ze te verwezenlijken. Als je dromen je niet bang maken, dan zijn ze niet groot.